Gestion de crise environnementale après nouvelle #pollution de la #Seine

Source: www.leparisien.fr

Gestion de crise environnementale après nouvelle pollution de la Seine

Catastrophe environnementale suite aux nouveaux rejets directs par le Siaap d’effluents non assainis dans la Seine. Des centaines de poissons morts  flottaient à nouveau à la surface de la Seine. Selon le Parisien citant le directeur de l’usine Seine Aval, située à Achères dans les Yvelines : « Nous avons géré au mieux l’assainissement mais nos capacités actuelles de traitement ne permettent pas d’excéder un débit de 17 m3 par seconde. Or, on a atteint 38 m3/seconde », en dépit du stockage dans le réseau et du soutien d’autres usines de traitement en aval. L’usine classée “Seveso seuil haut” s’est ainsi contentée d’une simple « décantation » avant relâchement des eaux  dans la Seine.

Les capacités de traitement de la première usine du Siaap ont en effet été réduites de 60% suite à l’incendie qui a détruit l’unité de clarifloculation de l’usine d’épuration d’Achères.

De sérieuses interrogations sur les installations industrielles de l’usine d’épuration d’Achères, en cours de rénovation

Un nombre élevé d’incidents

Ce quatrième incident, dégagement de fumées suite à un mélange de produits chimiques ou incendies, en moins de 18 mois, avec la nouvelle pollution qu’il engendre, a pour le moins de quoi rendre perplexe sur l’effet vitrine du savoir-faire français en matière de traitement des eaux usées ou de réhabilitation des grands fleuves recherché dans le cadre du projet de rénovation, lorsque l’on parcourt le rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable réalisé à la demande du Ministère de la transition écologique et solidaire.

“Grâce à la refonte de l’usine d’épuration d’Achères débutée en 2012 et qui se déroulera sur une quinzaine d’années, la Seine retrouvera un bon état environnemental en aval de Paris jusqu’à son embouchure et les flux polluants entraînés dans la Manche seront limités. Cette refonte constitue une vitrine du savoir-faire français en matière de traitement des eaux usées ou de réhabilitation des grands fleuves. Le Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (SIAAP) en assure la maîtrise d’ouvrage. L’investissement a été réévalué récemment à 2,7 milliards d’euros.”

“Quatre incidents en 18 mois, c’est beaucoup !” s’était déjà alarmée Emmanuel Wargon, secrétaire d’Etat au ministère à la Transition écologique et solidaire, citée par l’Usine Nouvelle dans un article au titre non équivoque pour cette revue spécialisée dans l’univers industriel : “Faut-il s’inquiéter de la station d’épuration d’Achères ?” Ainsi qu’elle le rappelait âprement : “L’Etat est garant de la qualité de l’eau (…), on ne peut pas continuer à constater des incidents”.

Selon l’Usine Nouvelle, l’association de défense environnementale Robin des Bois, comptabilise, elle, onze incidents depuis avril 2017, précisant qu’en 2018, le site a reçu quatre mises en demeure “pour non conformités à la réglementation, notamment pour le manque de contrôle des tuyauteries et soudures du site”. Rien n’aurait été fait puisqu'”une astreinte pécuniaire” a été prononcée par le préfet des Yvelines fin janvier 2019.

Des procédures judiciaires en cours

Étonnamment, comme le rappelle le site eauxglacees.com, plusieurs procédures judiciaires relatives à l’attribution, contestée, de marchés publics de plusieurs centaines de millions d’euros à des multinationales du secteur de l’environnement et à leurs filiales, sont en cours et l’octroi d’importants marchés relatifs à des systèmes informatiques de télégestion de l’usine d’Achères à une seule et même entreprise n’ont de cesse que d’interpeller.

Quelles alternatives dans l’attente de la tentative de remise en ordre des installations ?

Dans un tel imbroglio, pourquoi continuer de router les eaux usées de la région parisienne vers l’usine d’épuration d’Achères en période orageuse ? Autant les rejeter directement dans la Seine, ce serait vraisemblablement tout aussi efficace et moins coûteux !