);

L’usine Toupnot de Lourdes détruite par un incendie, chômage technique pour le personnel

 

L’usine de conserves de viandes de Toupnot, basée à Lourdes (Hautes-Pyrénées), a été presque entièrement détruite par un incendie – Quotidien des Usines

Source: www.usinenouvelle.com

Une situation de crise

Un incendie a ravagé le 9 janvier dernier l’usine de Lourdes. Le feu qui aurait pris dans une armoire électrique s’est propagé à tout le bâtiment, détruisant plus de la moitié de l’usine dont la chaine de production de corned beef, principale activité du site. Environ 4500 m2 et un millier de tonnes de marchandises ont été détruits par les flammes. La structure métallique de préparation des aliments a fondu sous les flammes et menace encore de s’effondrer. Seuls 400 tonnes de viande entreposées dans un frigo et la partie administrative du site ont été préservés de l’incendie. Un coup dur pour cette entreprise créée en 1932, spécialisée dans la production de conserves de viandes et leader du marché mondial de corned beef, filiale du groupe COFIGEO.

COFIGEO est le leader français des plats et produits cuisinés appertisés et compte 1200 salariés répartis sur 9 sites de production. Il détient les marques William-Saurin, Zapetti, Raynal & Roquelaure, Petit-Jean et Garbit.

Une continuité d’activité menacée

La société Toupnot parviendra-t-elle à mettre en place un plan de continuité d’activité  pour reprendre sa production et préserver l’emploi des 76 salariés mis en chômage technique pour plusieurs semaines ? Une cellule de crise est à pied d’oeuvre pour envisager les solutions de continuité possibles à défaut d’une fermeture du site.

Toupnot plan de reprise d'activité
Copyright France 3 Occitanie

Le 25 janvier, les salariés se sont réunis devant l’hôtel du Département à Tarbes concernant l’avenir de l’usine Toupnot de Lourdes pour manifester leur inquiétude, alors que le préfet de la région Occitanie y rencontrait les autorités locales.

« Les salariés de l’usine TOUPNOT sont fiers de leur métier, d’autant plus que leur savoir-faire est unique. Ils souhaitent que leur usine reste implantée dans les Hautes-Pyrénées et craignent la fermeture du site et sa délocalisation vers d’autres régions.», a expliqué un délégué syndical.

Des propositions pour reconstruire sur un autre site géographique auraient déjà été formulées par la Ville de Lourdes et par la Communauté d’Agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées et les assurances se montreraient disposées à financer les investissements nécessaires à la reprise de la production. Reste à connaître la position du groupe COFIGEO.


Anticiper les crises pour surmonter les sinistres industriels et logistiques : bénéficier de l’accompagnement des spécialistes du cabinet Altaïr Conseil (gestion de crise, communication de crise, plan de continuité des activités)