);

#Cyclone #Idai en Afrique australe: les secours débordés par l’ampleur des dégâts

Source: www.afp.com

Gestion de crise en Afrique australe :

Un lourd bilan humain

Une dégradation est constatée depuis les premières séquelles du cyclone Idai. Les secours sont débordés par l’ampleur des dégâts. Le bilan humain se chiffre actuellement à 300 morts (200 au Mozambique et 100 au Zimbabwe) et des milliers de personnes restent bloquées sur des toits et arbres depuis 6 jours. Dans le centre du Mozambique, une surface d’un rayon de 100 km est totalement inondée, selon le ministre de l’Environnement Celson Correia et près de 350.000 personnes se retrouveraient bloquées dans des zones inondées : un “océan” dans les terres, isolant complètement des villages selon un témoignage rapporté par l’AFP.

Une dégradation attendue au cours des prochains jours

Au regard des précipitations attendues au cours des prochains jours, le cyclone a provoqué des pluies torrentielles, il est attendu selon le Bureau des Affaires humanitaires des Nations unies (Ocha) une détérioration de la  situation avec des vagues de 8 mètres dans la région de Beira (centre). A certains endroits, le niveau de l’eau a atteint jusqu’à 6 mètres.

Les secours entravés par les conditions climatiques

Incapables de faire face à toutes les demandes de secours, les sauveteurs se portent en priorité au secours des femmes, des enfants et des blessés”. Pour les sinistrés qui ne peuvent être transportés au sec, la nourriture est apportée par voie aérienne, quand les hélicoptères sont à même de voler du fait des pluies torrentielles. La coupure des routes et des télécommunications complexifie la mise en oeuvre des secours.

Les risques sanitaires, de paludisme et de choléra, sont mis en exergue par les organisations humanitaires. Résumant l’ampleur de la tâche, l’Unicef explique que : “On doit rechercher et sauver des milliers de personnes, dont des enfants, mettre en place des hébergements et des centres de transit pour les sinistrés et permettre l’accès à de l’eau potable”.

Une catastrophe appelant un vaste élan humanitaire.